Page d'acceuil

Rio Laurence logo

Mon sentiment sur les marchés

- Pronostics et résultats -


Mises à jour :

28/03 US - Long Terme - Court Terme

29/03 US - Fr - Brokers

07/04 US - UE - Monde - Long terme

21/04 US

03/05 US

04/05 US - Devises

07/05 US - Devises

25/05 US - Devises


Mise à jour : 28 mars 2005

Marché américain :

Le prix du pétrole pose problème depuis trois semaines. Mais la consolidation des marchés d'actions devrait désormais se tasser car les arbres ne tombent pas en dessous du niveau du sol. J'attends donc le rebond. Les craintes inflationnistes aux USA semblent justifiées dans le contexte de la hausse du prix du baril, mais je crois déceler que celui-ci a atteint son plus haut niveau, ou presque (+/- $3). Si cela se vérifie, la hausse d'un pic à l'autre (octobre 2004 vs mars 2005) ne serait que de $2,5, donc d'un rythme affaibli sur le moyen terme et de quoi booster l'optimisme des marchés.

On est à la fin de l'hiver dans l'hémisphère nord, les capacités de production ont été augmentées de 500 000 barils / jr. et les stocks sont bien tenus. Un reflux du prix de l'or noir vers les $45 d'ici la fin du mois me semble une bonne hypothèse de travail pour orienter mes investissements.

Je rigole quant à l'analyse des marchés suite à l'explosion de la raffinerie BP au Texas (je ne ris pas de l'explosion). Les analystes en déduisent que le prix du brut doit monter ! Amusant. La raffinerie en question produit de l'essence, et si un prix doit monter, c'est celui de l'essence, pas du brut, bien au contraire. Car si le prix de l'essence monte, l'impact, s'il y en a un, ne peut être qu'une baisse de la demande pour l'essence, donc du brut aussi. En fait, quand on sert des infos biaisées comme celles-ci au grand public, c'est un indicateur de hausse imminente. Les institutionnels cherchent à solder leurs positions courtes à bon compte. Mais l'un dans l'autre les capacités de production sont telles que l'impact sur le prix de l'essence restera marginal.

C'était juste en passant pour insister sur le fait qu'il ne faut jamais écouter les commentateurs financiers de la chaîne des imbéciles et de l'intox (LCI) et de la radio qui invente des justifications après coup (facile) pour expliquer les hausses et les baisses des marchés (BFM).

Long Terme :

La situation générale de la demande de pétrole devrait néanmoins faire réfléchir fortement. Le prochain grand boom économique à l'image de celui de 1997-2001 qui a sévi dans les technologies de l'information, serait pour bientôt. Je verrais un boom dans le domaine des énergies alternatives pour la période 2007-2013. La technologie est quasi-prête et il faut garder un oeil sur l'indicateur du nombre de brevets déposés. Il est encore un peu trop tôt pour se positionner puisque l'offre d'investissement reste invisible ou inexistante. Cela dit, je pense que le progrès n'ira pas vers les énergies renouvelables, mais plutôt vers les énergies propres. Et je crois en la pile à combustion. GM + Exxon côté USA devraient percer rapidement. En Europe, je miserais sur Siemens. Je cherche en fait des opportunités d'investissement de long terme pour ma retraite dans ces secteurs.

Court Terme :

Pour le court terme, je reste avec les technos de l'Internet. Ces valeurs sont sacrifiées depuis 2 mois, mais cette longue consolidation reste d'ordre technique. Yahoo annonce le rachat de $3 milliards de ses actions sur les 5 ans avenirs. C'est de nature à soutenir le cours et j'en attends, après la petite hausse de 1,8% qui a fait suite à l'annonce vendredi, 20% supplémentaires d'ici la fin du mois d'avril. D'autres valeurs vont rebondir comme EBAY et Google. Mais Yahoo me semble détenir le plus fort potentiel de hausse et de résistance en cas de baisse du marché.


Insertion le 29 mars 2005

Ce qui s'en dit à Wall Street, le concensus faisant le plus souvent la tendance :

7:49 (Dow Jones) Goldman Sachs' Anthony Noto recommends investors buy Yahoo! (YHOO), seeing around 30% potential upside. The analyst raises his 1Q revenue, EBITDA, and adjusted EPS estimates to $805M, $310M, and 13c from $785M, $300M, and 12c. Noto cites stronger than expected trends in marketing services after numerous channel checks with advertisers and media buyers that indicates stronger than expected trends in branded and continued strong trends in paid search. Recent buybacks are a positive indicator of the business trends and a sign that management will use its $4.5B+ in cash to drive shareholder value. And before you ask: "Anticipating your question - yes, what's good for paid search is even better for GOOG." Goldman also recommends investors buy GOOG with 40%+ upside to its implied value of $265. (NPB)

Dow Jones Newswires

J'ai soldé toutes mes positions courtes en fin de semaine passée et mes positions sont désormais exclusivement longues. Je me fixe un objectif de liquidités 0 d'ici 1 semaine tout en restant très réactif.


Marché français (29/03) :

Je suis de plus en plus sceptique. La croissance annoncée pour 2005 est très faible (2%), et aucune réforme de fond n'est sortie du ministère des Finances. Le chômage devrait s'accentuer de + 0,5% cette année. Les conditions d'un cercle vertueux ne sont pas réunies.

Je m'éloigne donc des valeurs franco-françaises et je préfère celles dont l'activité principale se concentre à l'étranger : Asie, USA et reste de l'Europe. De plus, la France risque de sortir du train de l'Europe, ce qui n'augure rien de bon pour son prestige dans le monde et son commerce extérieur.

Broker :

J'ai trouvé le broker le moins cher du marché et je le recommande : Interactive Brokers. Le prix du trade sur le marché US est de 1 centime / action jusqu'à 500 actions, entre 0, 5 et 0,25 c / action au delà. Le coût minimum d'un trade est de $1 et le maximum de $10, sans limite de montant et sans contrainte de volume mensuel. Sur les marchés européens leur prix est de : 0,1%, impôt de bourse compris. En pratique pour le petit investisseur européen (ordres inférieurs à 5000€), c'est deux fois moins cher que le moins cher que je connaissais : Bourso. Pour les USA et des transactions de 100 à 200 actions, c'est entre 5 et 10 fois moins que Schwab, E-Trade et les autres qui étaient déjà 2 fois moins chers que Bourso. Ce genre de tarifs permet de faire des petits achats, moyenner à la baisse au besoin, et ne pas se poser trop de questions sur le fait que le seul qui y gagne toujours, c'est le broker.

IB est anglo-américain, allez-y donc voir pour vous-même : www.interactivebrokers.com.


Mise à jour : 7 avril 2005

Le marché US porte ses faveurs à Yahoo (YHOO) comme prévu. Le cours de clôture est de $35,10 contre $32.25 le 29/03 au soir. La hausse est donc désormais de 8% depuis ma mise à jour précédente. Le potentiel n'est pas épuisé, il reste 10% environs pour le mois d'avril, mais on devrait assister à une petite pause intermédiaire pendant que d'autres valeurs sacrifiées rattrapent.

J'en profiterai donc pour acheter Intel qui est bradé à $23,25 et que je verrais bien arriver à $24,50, voire jusqu'à $26 un peu plus tard. Google (GOOG) comme prévu a décollé tout comme EBAY, chacun prenant 5 et 7% respectivement depuis le 29/03. EBAY a montré une petite faiblesse aujourd'hui (-3%). C'est soit un signe de faiblesse, soit une simple conso intermédiaire et technique, donc saine. A ma connaissance, l'objectif de $44 n'est pas remis en question. J'en prendrai donc à hauteur d'un petit 10% de mon portefeuille au prix de $36 et un autre 10% sur un signe de rebond confirmé (entre $35,5 et 36,10 ?). Intel devrait rester ma valeur principale tandis que Yahoo marque une pause - retour sur Yahoo dans une semaine.

Monde :

Le pétrole a baissé, puis remonté. Je pense qu'il est reparti pour baisser. Les arbres ne montent pas au ciel.

Euro et Europe :

Quant à l'euro, je verrais une tendance durable baissière se dessiner à partir de mai ou juin. Car si la balance commerciale européenne est bien tenue, les perspectives de profits ne sont pas mirobolantes au regard de la croissance annoncée de 2%. Les USA quant à eux présentent des taux d'intérêts en augmentation avec des perspectives de profits importantes. Donc et pour l'instant, ma préférence va au marché US et à la devise $US.

Long Terme :

Update sur la pile à combustion d'une taille ultra-réduite pour motos - société innovante à suivre :

Le 15 mars 2005, le premier prototype d'une moto fonctionnant grâce à une pile à hydrogène a été présenté à Londres par son fabricant, Intelligent Energy. La vitesse maximum de ce prototype est de 80 km/h pour une autonomie de 160 km. Seul hic, ce véhicule serait trop... silencieux ! Le fabricant envisage de le doter d'un générateur de bruit artificiel.


Mise à jour : 21 avril 2005

Certains appellent cela un bol de cocu. On peut s'en tenir à cela. Le lendemain de ma vente annoncée de Yahoo, le titre baissait jusqu'à - 4% sur la semaine. Son rachat comme annoncé le vendredi suivant m'a donc procuré un profit de 7%. Si on fait le calcul avec YHOO, ça fait un total de 15% depuis 3 semaines. Ce n'est pas fini, il y a encore 10% à prendre.

En revanche, pour EBAY, mes 10% du portefeuille achetés au cours de $36 m'ont fait perdre $5,5. Et le rachat de 10% supplémentaires à $32, car j'avais cru que le rebond serait durable, m'a fait perdre $1,5 de plus. Seulement voilà, ça c'était au jour d'hier matin. Depuis EBAY a publié des résultats en progression très largement au dessus des prévisions et une augmentation de 28% des inscriptions sur son site. Le cours a repris 3% hier et 3% ce jour en before market et il se situe au dessus de $32. Et ce n'est certainement pas fini. Je renforce donc cette position au cours du marché et sa part dans mon portefeuille de +25% pour la passer à 45%. J'appelle cela une moyenne à la baisse. Je le fais au détriment de Yahoo qui passe à 55%. Mais je reste très vigilant avec cet EBAY devenu adepte du yoyo. Au premier signe de faiblesse, je le lache.

Voilà ce qu'en dit Goldman & Sachs, pas toujours le meilleurs conseiller sur cette action cependant :

8:08 (Dow Jones) In eBay's case, 1Q EPS may have been better than expected, but more importantly, results were "better than feared," Friedman Billings Ramsey says. "Strong growth in PayPal, UK and emerging markets offset continued slowdowns in the U.S. and Germany," FBR says. Goldman Sachs says there's potential 30% upside in the shares, but adds that "share gains could be concentrated around periods of increased visibility related to listings trends (i.e. EPS visibility) given the improving but still mixed trends." GS tells investors to "stay around the hoop & be opportunistic." (JHS)

Le cours de Intel est quant à lui resté inchangé sur la semaine du 09/04 où je l'avais acheté en remplacement de Yahoo. C'est une opération pour rien.

Donc si on récapitule à ce jour :

Part du portefeuille x plus/moins value x effet de levier pour YHOO, EBAY, INTC

80% x 15 % x 4 = 48%

10% x - 20% x 4 = -6%

10% x +5% x 4 = +2%

Total = +44% sur la part investie du portefeuille (70%) depuis 3 semaines.

Grâce à cette plus value, j'étudie la possibilité de risques plus importants sur des coups potentiellement mieux rémunérés à hauteur de 20% de mon portefeuille. Peut-être des options.

Le marché ouvre EBAY reperd l'avance prise - observons. Peut-être atendre un cours de 32 avant d'acheter... fait à hauteur de +10% du portefeuille, à $32.12. Attendons maintenant. Je suis tenté par 10% de plus.

Mise à jour : 3 mai 2005

Yahoo, je vends tout ce qui m'en reste, c'est à dire plus grand chose. Jolie plus-value !

Mais pour EBAY, il y a de la déception. J'aurais mieux fait de prendre Google qui a augmenté de 15% en 10 jours. Cependant je crois toujours en EBAY et beaucoup moins en Google.

GOOG bénéficie d'une hausse de sa pub en ligne, mais je ne crois pas au miracle. C'est Google qui force les entreprises à y avoir recours. Elles ne sont plus listées en haut des résultats des recherches ! Certes c'est bien pour ses ventes, mais pas pour la qualité de ses prestatations. Car pour inciter les entreprises au recours à la pub, Goog baisse leur classement dans les résultats des recherches et par extension la pertinence de tous les résultats. Au final, cela se traduira par une perte de ses parts de marché. Mais pour l'instant, ceci ne concerne pas Google.fr qui devrait cependant s'aligner sur Google.com dans 1 ou 2 mois, c'est le sens de l'histoire.

Juste pour le fun, essayez avec Google.com ces deux recherches dont les résultats sont devenus typiques aux USA depuis 3 mois :

php preg_match url
(il s'agit d'une fonction informatique qui donne des 59000 résultats. Les résultats pertinents ne viennent qu'à partir de la 14ème page).

ace-america
(c'est le nom de domaine de l'un de mes sites qui a une popularité de 3, ce qui est correct. Mais les 15 premières pages sont réservées à une banque qui n'a rien à voir avec ace ou america).

Les mêmes requêtes chez Yahoo sont bons et mon site y est listé en premier. Merci Yahoo, adieu Google.

Et bientôt, bonjour Voila, adieu Google, à moins d'un redressement.

Pour EBAY, on dirait que les ventes massives se sont calmées. Car ce seraient des ventes par un trust fund qui justifieraient la baisse inexplicable et continue depuis le début de l'année. Mais l'action est sûre, du moins sur ses fondamentaux à l'horizon de 2 mois. Ni hausse ni baisse depuis 10 jours, à cet instant son cours est légèrement supérieur à $32. Il faut donc conserver et encore attendre.

Globalement, tout va dépendre de la Fed et de ses commentaires ce soir à 20h. Et si tout reste dans l'état, c'est à dire avec une hausse d'un quart de point du taux de base, EBAY pourrait s'envoler.

Mise à jour : 4 mai 2005

EBAY : +1,8% hier et plus 7% à cet instant, ce n'est pas de la voyance. Il y a simplement des signes qui ne trompent pas à chaque fois. Cela nous fait 8,8% sur 45% du portefeuille, le reste se trouvant en liquidités. Le ROI est à cet instant de +35% (8,8% x 4 - en vertu d'un levier de 4). Et le retour sur la valeur du portefeuille est de de 16% (35% x 45%).

Mais la hausse n'est pas finie. Mon point de vente se situe au meilleurs de ma compréhension entre $39 et $45.

Au total depuis un mois, le gain est de 46% de la valeur totale du portefeuille (44% précédents sur Yahoo x 70% investis + 16% sur EBAY). Cela revient à 62% de la part investie, cet indicateur permettant de calculer le coût de la couverture du risque. En d'autres termes, la prudence qui m'a fait garder des liquidités en réserve a un coût d'opportunité de 16% (62-46).

Euro vs dollar :

Depuis quelques temps le dollar est stabilisé. Deux facteurs essentiels plaident en faveur d'une remontée du cours du dollar et d'une baisse relative de l'Euro d'ici 3 à 10 semaines : la hausse des taux d'intérêts aux USA d'une part, et la moindre rentabilité relative des actions européennes de l'autre. Le déclic serait un CAC40 à plus ou moins 4400 points. A ce niveau, les fonds de pension américains pourraient décider de prendre leurs bénéfices en masse. Et la hausse du dollar pourrait être vigoureuse, je le verrais bien à 1,20 vers le 20 juin.

Je cherche donc un produit dérivé pour jouer le dollar avec un levier de 100 ou plus, mais pas sur plus de 20% du portefeuille.

Quant au reste des liquidités (100% - 45% - 20%), il faut les investir rapidement car la tendance est haussière, mais je ne sais pas sur quoi. Je sèche et en conséquence, je ne fais rien avant d'avoir l'idée lumineuse. Peut-être augmenter la part du dérivé dollar de 20% à 30% ...

Mise à jour : 7 mai 2005

EBAY fait du yoyo avec deux jours de baisse et deux jours de hausse, mais il demeure au dessus de $33,5. Il ne faudrait pas qu'il passe en dessous des $33.

Le Forex semble le meilleurs moyen d'investir sur le marché des changes. Une société anglaise propose un "mini compte" qui permet de jouer avec un levier de 100 et même 200 !!!! Sensation montagnes russes assurée. Cependant, pour ne pas tout griller en 5 minutes, l'investissement minimum n'est que de $300. Si j'ai bien tout compris, pour 300 dollars investis et une variation de 5% de la monaie, la plus ou moins value est de 5% x $300 x (100 à 200) = $1500 à $3000 ! Mais comme on est limité à une moins value de $300, on se rétame dès l'atteinte de -1% à -0,5%. Cela m'évoque un rodéo où le jeu consisterait à rester en selle le plus longtemps possible, mais toujours pour se faire jeter à la fin. Je vais commencer par un levier de 50.

Le courtier ne prend aucune commission mais se sert sur le spread entre les deux monnaies à hauteur de 0,0003€/€, ce qui revient à une commisions de 0,03%, équivalente à $9 pour les $300 investis (3%). Le site à visiter : FXCM.

Mise à jour : 25 mai 2005

La hausse du marché d'actions des technologies se poursuit, tout en approchant de son terme. On liquide donc EBAY au cours actuel de $37,99. L'objectif n'est pas atteint, mais il se pourrait bien qu'il soit reporté à la seconde partie de l'année. Que faire des liquidités ? La question reste ouverte pour l'instant. En attendant, la plus-value sur EBAY est de :

45% du portefeuille x 18,75%* de plus value
x 4 de levier
=
+33,75%

*18.75% = (cours actuel de $37.99 - cours précédent de $32 ) / 32. Une moins value de 6% avait déjà été décomptée le 21/04/2005 pour obtenir le cours de $32 pris en compte.

Au global, depuis le 28 mars :

+44% comptabilisés le 21 avril sur essentiellement YHOO + 34% au 25 mai sur EBAY
=
+78%

Tout cela ne doit pas faire prendre la grosse tête, et on vend tout pour se replacer sur des valeurs traditionnelles US, non technologiques et moins risquées qui s'apprêtent à s'apprécier de 15 à 20%.

Juste un petit mot sur Google : On peut remarquer que la grande foire des liens à l'américaine s'installe en France. Eviter cette action qui aura un effet de boomerang d'ici peu. On nous prend pour des demeurés !

Euro vs dollar :

Le dollar a suivi la tendance attendue et cela devrait continuer ainsi pendant encore un mois ou un peu plus. Mais le marché des changes a une règle du jeu différente. On y est exposé à un levier qui peut aller jusqu'à 200 ! Au résultat, on a beau prévoir le marché correctement, le moindre écart passager est fatal et entraîne un appel de marge avec liquidation autoritaire et immédiate de toutes les positions. Ca fait très mal, je l'ai expérimenté. Et on dirait qu'il y a sur ce marché des petits malins qui s'amusent à faire monter et baisser les cours pour avaler les petits porteurs qui ont imprudemment placé des "stop pertes" proches du cours du marché.

Il y a plusieurs possibilités pour faire face à cela :

Surveiller son investissement en permanence sans placer de stops car ils sont visibles par les autres opérateurs.

Limiter la part investie de son capital alloué ce qui réduit mécaniquement le levier. J'ai choisi d'osciller entre 35 et 60%.

Liquider ses positions dès qu'on s'absente. Le problème est que, ce faisant, on ne mise plus sur une tendance à 1 mois mais de quelques heures. On a donc toutes les chances de passer à côté des gros gains de la nuit qui correspondent aux opérations asiatiques.

Mon compromis :

Surveiller mon investissement de très prêt (à la seconde) puis de moins en moins au fil des plus values, tout en faisant passer mécaniquement la part investie (l'effet de levier) de 50% en moyenne à 10% grâce aux plus values.

Les perspectives de gains sont immenses, et celles des pertes aussi.

L'euro cotait 1.315$ il y a 3 semaines et il cote 1.255 aujourd'hui. Un profit sur une vente à découvert pour l'intégralité de cet écart en faisant jouer le levier maximum sur une somme de $300 rapporte :

6 centimes x 200 x $300 = $3600

Mais en vérité c'est beaucoup plus car chaque $ gagné peut être instantannément réinvesti ! En prenant l'exemple d'une baisse continue et linéaire de l'Euro, donc hypothétique car aucune erreur de parcours n'est envisagée, et un réinvestissment le lendemain des sommes gagnées la veille :

Gain journalier = 6 centimes / 18 jours = 0,33 centimes / jr = 0,25% / jr
(Les semaines font 6 jours sur le marché des changes)

1 investissement de $300 plus 17 réinvestissements consécutifs des sommes gagnées
=
(((1+0,25)x100) ^18) x $300 = $17 510, soit 58 fois la mise de départ

Il faut se limiter à un petit investissement, de l'ordre de $1000 par exemple. Il n'y a aucun avantage à investir plus. Si on perd ses $1000 initiaux on aurait tout aussi bien et aussi vite perdu $25000 ou $100000. En revanche, si on est doué et gagnant, $1000 deviennent vite $25000. Mais il faut prévoir 10 jours d'apprentissage avec $300 à jeter, ce qui n'est pas très cher payé pour une formation. Et il faut faire des retraits réguliers pour les réinvestir dans des actions à Papa. Quant à la fiscalité si on est gagnant, le sacrifice de s'expatrier dans un pays plus accueillant peut s'envisager.

Mais tout cela c'est du rêve car en pratique, les gains et les pertes alternent jour après jour dans des proportions de 70% du capital. La véritable difficulté est la suivante :

Une perte initiale de 50% sur $100 investis => Capital restant = $50

Suivi d'un gain de 50% sur les $50 restants => $25, Capital restant = $75

Perte nette => $25 en dépit de 2 pronostics à probabilités de succès équivalentes.

Décodage : Ne jamais faire d'erreur, avoir de la chance et effectuer une bonne lecture des tendances pour que la probabilité de succès soit au moins égale à 80% en moyenne.

France :

La France sort de l'Europe (c'est vraiment ce que c'est) ce qui va affaiblir l'Euro, mais pas pour longtemps. Quant à l'économie française elle va mordre la poussière pour un bon bout de temps. Au final, le fait que le pays le plus anti-libéral quitte le train de l'Europe finira par s'interpréter comme une bonne nouvelle et pourra débloquer un certain nombre de dossiers en suspens comme celui de l'agriculture. Nombre d'Européens avaient du mal à comprendre les Français, mais maintenant ils ne les écouteront plus.

Back to main page      

Visitez Change Management Ace-AEA